Les traces sociales de l’être humain

Qu’est-ce qui fait la grandeur d’un être humain ? L’homme social vit en posant des actes. Les actes d’homme sont multiformes et variés. Cependant, il apparait très clairement que parmi les hommes, les uns sont reconnus grands, ce qui n’a rien à avoir avec une quelconque envergure ou même une quelconque possession. Partant, nous pouvons dire que dans la société des hommes, il y a des domaines où l’on range les grandeurs. Et les domaines de grandeurs retenues par la société sont très sélectifs. Il y en a exactement trois : ce sont le pouvoir, l’intelligence et la prestance. Le pouvoir se décline en haute responsabilité dans la société, en … Continue reading Les traces sociales de l’être humain

Polygamie, polyandrie et polygynie

Autour de la polygamie Quand les enfants entendent un son, ils s'en émeuvent mais les hommes mûrs, les adultes, savent exactement ce qui a provoqué ce son : meuglement, sifflement, langage tambouriné, chute d’objet, ruissellement d’eau. L’adulte connait distinctement chacun des sons issus de ces énumérations. Nous parlons beaucoup de tout sans chercher à savoir ce que nos propres mots disent. Polygamie proclamée : polyandrie et polygynie officielles répugneraient-elles à nos sociétés humaines ? Quelles significations enveloppent les mots polygamie, polyandrie et polygynie ? La polygamie désigne la situation dans laquelle une personne (femme ou homme) dispose au même moment de plusieurs conjoints. (N'excluons pas de la définition les homosexuels.) … Continue reading Polygamie, polyandrie et polygynie

Appel à l’union !

Les Baoulé de Côte d’Ivoire : Quelle place et quelles perspectives pour ceux de Sakassou ? Introduction En Côte d’Ivoire toutes les tribus Baoulé, depuis des lustres, se reconnaissent comme étant membres à part entière du royaume Baoulé dont la royauté est basée à Sakassou. Aussi, les significations des noms de tribus concourent-elles à témoigner de ce que l’organisation du royaume avait un sens, qu’elle était axée sur l’unité et la solidarité. Mais que valent ces convictions réelles certes mais non formalisées et qui vagissent ? Que reste-t-il à ce peuple à entreprendre en vue de sa grandeur ? I- La place du Baoulé En réalité le Baoulé n’a pas … Continue reading Appel à l’union !

Grincheux !

Un poème curieux Prendre pour crédible ce qui est facétieux ; Dénote de ce que le triumvirat est impérieux ; Face à la fourberie les actes sont devenus sentencieux ; Vaincue, la diplomatie emploie des moyens non silencieux. Bruits de bottes, rumeurs puis l’air prit un coup de sérieux ; Vicié et corrompu le langage officiel prend un teint vicieux. Mais avant, crapules nous étions à nous exposer en ses lieux ; A l’ombrage de l’indignité nous détenions les clefs de ses milieux ; A la manifestation de l’intégrité, plus de crédit d’être vieux ; Espoir et espérance attendus et vains ne viendrons des cieux. Subitement nous nous sommes surpris … Continue reading Grincheux !

Conception africaine de l’économie

La corruption a une connotation fallacieuse Chers lecteurs, par ces temps d’intenses intérêts exprimés en ruées vers l’or et qui se déclinent en falsifications, en roublardises, en truanderies, en escroqueries, en gabegies, en tuerie pour s’accaparer l’or, voici ce qu’en dit l’autre. Un honnête sociologue observant notre société parlerait d’anomie tant les normes sont froissées, piétinées, contournées, niées. L’économiste africain quant à lui déclare que notre société actuelle, précisément en observation par le sociologue, est essentiellement économique. Dans l’optique d’étayer ses propos, il prend des exemples de la facétie sociale pour montrer que nous ne devrons vivre que par l’économie. Après l’avoir écouté en diverses circonstances avec une tranquillité et … Continue reading Conception africaine de l’économie

Les Africains, les scarifications, les tatouages et les piercings

Les Africains, chez qui il y a une présence plus que certaine d’intelligence et de créativité avaient réfléchi à rendre leurs sociétés fortement structurées deux à deux disjointes de façon impressionnante et perceptible. Comment le firent-ils ? Nous croyons que quelques types les plus connus et les plus indiscutables pour marquer les spécificités individuelles et communautaires étaient les scarifications, les tatouages, les piercings, etc. La communauté se distinguait de la sorte par des signes uniques visuels de modification et caractéristiques. L’individu ne pouvait se perdre, marqué qu’il est, grâce à ses signes ; il n’avait pas besoin d’autres preuves pour montrer son appartenance car sa communauté le lui a conféré … Continue reading Les Africains, les scarifications, les tatouages et les piercings

Ceci est une boutique de démonstration pour test — aucune commande ne sera honorée. Ignorer